Cabinet dentaire du Dr Sophie GERMOND

Chirurgien-Dentiste à Bougival (78)

Les apnées du sommeil posent un problème de santé publique qu’il convient de ne pas négliger

Différents traitements sont proposés en fonction du diagnostic du spécialiste du sommeil

L'orthèse d'avancée mandibulaire peut être une alternative de traitement moins invasive que la VPPC (masque respiratoire)

L'orthèse d'avancée mandibulaire n'est pas une solution universelle

Ronflements, apnées du sommeil et orthèses d’avancées mandibulaires

En France, statistiquement 38% des hommes ronflent occasionnellement et 21% quotidiennement. Les apnées touchent 10% des ronfleurs. Entre 30 et 60 ans, 2% des femmes et 4% des hommes font des apnées. Elles peuvent être légères, modérées ou sévères.

Que se passe-t-il ?

Le ronflement est dû à une vibration du voile du palais et des parois du pharynx (gorge) lors du passage de l’air.

Il y a apnée lorsque les muscles de la gorge se contractent de façon trop importante en empêchant alors l’air de passer. Cela peut durer plus ou moins longtemps. Il y a alors absence d’oxygénation du cœur et du cerveau.

 

Risques

Il est important de détecter le risque apnéique car, si le ronflement simple n’occasionne que des nuisances auditives pour l’entourage proche, les apnées, elles, peuvent engendrer des conséquences graves sur la vie et santé du patient.

 

Motifs de consultation

En général, c’est le conjoint qui, n’arrivant plus à dormir, pousse l’autre à une consultation du sommeil.

Le second motif principal d’une telle consultation est une somnolence diurne handicapante.

 

Prise en charge

Le spécialiste du sommeil va faire un enregistrement du sommeil (polysomnographie).

L’ORL va faire un bilan anatomique pour détecter des éventuels obstacles.

 

Traitements

Proposés en fonction du diagnostique du spécialiste, cela va des traitements ORL (différentes chirurgies, stimulation vélaire…), de la machine respiratoire (VPPC, ventilation à pression positive continue) à parfois l’orthèse d’avancée mandibulaire.

 

L’orthèse d’avancée mandibulaire (OAM)

Le principe de cet appareillage est d’avancer la mâchoire du bas afin de libérer les voies respiratoires postérieures et de permettre alors une meilleure ventilation.

Ce sont, le plus souvent, deux petites gouttières reposant totalement ou partiellement sur les mâchoires du haut et du bas avec un artifice prothétique permettant cette propulsion.

 

L’efficacité est en générale de 80% sur des apnées modérées.

 

Il en existe plusieurs types allant des universelles à celles sur mesure.

 

Ces dernières (monobloc ou bi-bloc) sont posées, de préférence, par un chirurgien-dentiste formé, à la suite d’une prescription du spécialiste du sommeil.

Des empreintes et des mesures sont prises s’il n’y a pas de contre-indication dentaire. Ces informations sont envoyées à un laboratoire qui réalise alors l’orthèse sur mesure. Le praticien peut procéder, pour les bi-blocs, à des réglages progressifs par avancées successives jusqu’à la meilleure efficacité.

 

Mise en garde

*Il est important que le patient, ayant ce genre d’appareillage, consulte régulièrement afin de contrôler s’il n’y a pas d’effets secondaires néfastes sur ses dents ou ses articulations.

Si des problèmes surviennent, alors que l’appareillage est efficace, le praticien doit se mettre en rapport avec le somnologue pour décider du traitement à venir.

 

*Dans le temps, l’indice d’apnée augmentant, il est possible qu’une orthèse efficace au début ne le soit plus par la suite.

Des polysomnographies de contrôle doivent être également régulièrement faites.

 

 

 

Nos conseils

  • Les apnées peuvent être à l’origine d’accidents cardiovasculaires, d’accidents de la route par somnolence et bien d’autres risques.
  • C’est un problème de santé publique qu’il convient de ne pas négliger.

Article rédigé par le praticien le 16/02/2012

Le site du cabinet dentaire a été réalisé par Webdentiste.fr